Diagnostiquer la diversité floristique des prairies d'Auvergne

Partenaires
Le projet « Diagnostic de diversité floristique des prairies d'Auvergne » est cofinancé par l’Union européenne, et le Commissariat général à l'égalité des territoires. L’Europe s’engage dans le Massif central avec le fonds européen de développement régional.

Comment permettre aux agriculteurs et au grand public de prendre conscience de la biodiversité des prairies d'Auvergne, de leurs valeurs patrimoniale, culturelle et économique, de leur intérêt agroécologique ? Pour y répondre, le CBN Massif central et le Conservatoire d'Espaces naturels Auvergne se sont associés pour produire deux outils complémentaires, simples et rapides : un guide de terrain (en deux volumes) et une application web.

Une méthode fondée sur la reconnaissance d’espèces indicatrices

Pour aider les éleveurs à mieux comprendre et favoriser la biodiversité de leur parcellaire, le Conservatoire botanique national du Massif central et le Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne proposent deux guides d'autodiagnostic des prairies d'Auvergne.

Éprouvé par de nombreux éleveurs, cet autodiagnostic est fondé sur l’observation d’espèces indicatrices des prairies présentant un optimum agro-écologique (bon état de conservation), ou celles caractéristiques d’une modification ou d’une perturbation du tapis herbacé (mauvais état de conservation). L’observation de ces espèces indicatrices permet de comprendre l’organisation de la diversité floristique dans les exploitations, mais aussi d’identifier les différents types de prairies présents. Abondamment illustrées par de nombreuses photographies, les fiches descriptives des espèces caractéristiques permettent ainsi à l’éleveur de reconnaître la flore et de comprendre la valeur agronomique et les dynamiques de chaque type de prairie. Elles apportent également des indications sur les pratiques à privilégier pour les conserver.

Ces deux guides de terrain sont disponibles sur simple demande, dans la limite des stocks disponibles auprès du Conservatoire botanique national et du Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne, ou en téléchargement ci-après.

Un diagnostic en ligne grâce à l’application web

Un diagnostic en ligne grâce à l’application web

Pour aller plus loin et faciliter l’appropriation du diagnostic par le plus large public, les Conservatoires ont transposé ces deux guides une application web. Cet outil, accessible depuis n’importe quel terminal connecté (mobile, tablette, ordinateur), propose d'identifier rapidement les plantes observées dans une parcelle puis, une fois quelques caractéristiques renseignées et après avoir géolocalisé son terrain, de générer un diagnostic agroécologique.

Vers un élargissement du territoire d’application et un diagnostic plus objectif

Tel qu’il est proposé actuellement, le diagnostic en ligne est basé sur une expertise du CBN et mentionne seulement la prépondérance de différents groupes d’espèces ayant des affinités communes.

Dans la perspective d’améliorer la pertinence du diagnostic, le Conservatoire botanique et ses partenaires développent une base de données sur les végétations agropastorales du Massif central qui permettra, à terme, de proposer un diagnostic plus fin de l’« état de conservation » d’une végétation observée. Ce diagnostic reposera sur l’analyse de plusieurs millions d’observations botaniques capitalisées par le Conservatoire botanique dans sa base de données Chloris®. En effet, c’est en comparant les relevés réalisés par les utilisateurs à des « relevés de référence » réalisés par les botanistes et agronomes au sein de chaque type de prairie existant sur le territoire (voir typologie des prairies du Massif central), que le diagnostic s’avèrera pertinent.

Ne couvrant actuellement que les systèmes herbagers les plus courants d'Auvergne, des réflexions sont lancées pour ouvrir ces deux outils aux autres territoires du Massif central. À terme, le Conservatoire botanique et ses partenaires espèrent une meilleure appropriation des connaissances par les agriculteurs et le grand public et une mise en lumière du lien entre la biodiversité des prairies et la qualité des produits.