Les prairies à flore diversifiée

Une biodiversité originale, propre au Massif central

Couvrant 40 % du Massif central et hébergeant un quart de la biodiversité, selon les travaux portant sur la trame agropastorale, les prairies et autres milieux agropastoraux présentent une richesse culturelle et naturelle unique faisant de ce territoire, la plus grande prairie d'Europe ! En défrichant la forêt au cours des millénaires précédents, non seulement l'homme aura permis à certaines plantes d'occuper des espaces qui leur auraient été interdits par la prédominance de la forêt sur la quasi-totalité de notre pays, mais il aura aussi contribué à la diversité génétique de cette flore.

L'ancienneté et la pluralité des pratiques agropastorales (fenaison, pâturage ovin, caprin, bovin…) ainsi que la diversité des conditions naturelles (climatique, géologique, topographique…) auront permis le développement de végétations originales, propres à chaque terroir.

Une biodiversité originale, propre au Massif central

Le Conservatoire botanique mobilisé autour des prairies à flore diversifiée...

Depuis 2008, au regard des enjeux majeurs de conservation de la biodiversité du Massif central et en partenariat avec de très nombreux acteurs agricoles et environnementalistes du territoire, le Conservatoire botanique mobilise ainsi son énergie pour apporter son savoir, ses acquis et ses expériences en faveur de la connaissance de la flore des milieux agropastoraux, notamment auprès d’éleveurs curieux de comprendre leurs prairies naturelles et soucieux de les exploiter au mieux de leur potentialité.

À travers ces pages, nous vous proposons de découvrir les actions du Conservatoire et les nombreux outils développés et mis à disposition dans ce cadre.

De quelles prairies parle-t-on ?

Les espaces agro-pastoraux auxquels le Conservatoire botanique attache une importance désignent finalement toutes les « prairies fleuries », les estives, les pelouses, les landes et autres herbages secs, humides ou tourbeux sur lesquels des pratiques agricoles de qualité ont favorisé l’expression d’une flore riche et spontanée, qu’ils soient pâturés ou fauchés. Rien qu'en Auvergne, les experts distinguent plus de 80 types de prairies, autant de pelouses et une vingtaine de types de landes selon leur composition floristique !

Cette flore, beaucoup plus diversifiée que celle observée dans les prairies temporaires et autres espaces herbagers intensifiés ou fortement amendés, dépend avant tout des conditions écologiques (sol, climat, relief…) de chaque territoire. Relativement élevée dans le Massif central, la diversité floristique de ces espaces varie par exemple, à l’échelle de l’Auvergne, de 20 à 60 espèces selon les conditions locales !

De quelles prairies parle-t-on ?

Un patrimoine fragile

À la lueur des travaux portant sur l’analyse de l’état de conservation de la flore des milieux agropastoraux, ce patrimoine exceptionnel se montre aujourd’hui fortement menacé et constitue sans doute l’un des plus importants enjeux de conservation de la biodiversité à l'échelle du Massif central.

Des pratiques agricoles adaptées ont jusqu'alors conditionné et maintenu l’existence de la plupart des espaces herbacés du Massif central, particulièrement ceux peu fertiles qui concentrent alors une très grande part de la diversité végétale.

Néanmoins, au cours des dernières décennies, la modification de ces pratiques agro-pastorales s’est rapidement traduite par une perte massive de diversité végétale qui reste encore peu connue et difficile à quantifier. La raréfaction de plantes prairiales à fleurs tel que le Narcisse des poètes est une conséquente directe, et visible de tous, des changements de pratiques telle que l’augmentation des niveaux de fertilité du sol ou encore la transformation en prairies temporaires.

On estime que près de 400 espèces de plantes des milieux herbacés ouverts seraient menacées ou quasi menacées de disparition sur le Massif central. Et si l’intensification des pratiques agricoles a un impact sur la flore sauvage, l’abandon de l’agriculture est presque aussi préjudiciable, notamment pour les espèces de pelouses sèches extensives.

Les prairies à flore diversifiée réalisent pourtant de nombreux services environnementaux, tout en étant à la base du fonctionnement d’un très grand nombre d’exploitations agricoles du Massif central. On sait aujourd'hui que cette diversité végétale est à l’origine de productions fromagères et animales de qualité bénéficiant pour la plupart d’une appellation d’origine protégée. Ainsi, l'impact n'est pas qu'écologique : l'évolution des pratiques agricoles peut également affecter, à moyens termes, certaines filières de qualité.

Connaître la flore prairiale pour mieux la préserver...

La prise en compte de la biodiversité dans la ressource fourragère et l’évolution de cette dernière dans des perspectives de changements climatiques globaux constituent autant de problématiques partagées entre les acteurs environnementaux et le monde agricole. Les enjeux sont multiformes : préserver les sols, maintenir l’agriculture dans les régions défavorisées, stopper l’érosion de la biodiversité, lutter contre l’effet de serre et prévenir les incendies. Aujourd'hui, tous les experts s'accordent à dire que l'évolution de la pérennité et de la qualité des milieux agropastoraux constituent un enjeu majeur pour le Massif central. Pour autant, peu d'entre-eux disposent d'outils et de méthodes pour évaluer l’état de conservation des végétations herbacées et l’impact des pratiques agricoles sur celles-ci, notamment face aux changements climatiques globaux.

Connaître la flore prairiale pour mieux la préserver

Et si les qualités agronomiques des prairies à flore diversifiée sont désormais reconnues (souplesse d’exploitation, faible coût d’entretien, richesse de l’herbe en composés secondaires, appétence de l’herbe pour le bétail, etc.), il reste nécessaire d’accompagner les éleveurs et le plus large public, dans la compréhension des prairies naturelles, notamment d’un point de vue de leur fonctionnement agro-écologique. Décrire et comprendre les prairies à flore diversifiée d’Auvergne est ainsi apparu comme un enjeu majeur en termes de conservation de la biodiversité mais aussi de l’identité paysagère régionale.

Pour en savoir plus

Sites Internet
Pâturages du Massif central

« Pâturages du Massif central » est un site internet mis en place par l’IPAMAC pour communiquer sur les actions réalisées par les porteurs de projet, au sein du programme « Milieux ouverts herbacés / MOH ». Il tente de laisser la parole aux éleveurs ainsi qu’au différentes équipes techniques des projets. Le site a également vocation à partager les infos et les actualités d’autres structures œuvrant également pour la préservation et la valorisation des Milieux Ouverts Herbacés.

Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne

Site du Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne (page consacrée à préservation des semences prairiales : expériences de récolte et de semis)

Agriculture durable de moyenne montagne

Présentation du programme "Agriculture durable de moyenne montagne"

Vidéos
https://www.youtube.com/channel/UCbNEhnBOSDG1yP8P5tqZUKg

Chaîne Youtube du Conservatoire botanique national du Massif central

https://www.youtube.com/channel/UCMG5psglM5Y6zutvDg02CNA

Chaîne Youtube de l'AOP St-Nectaire

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=qGG5RESqx-0&feature=emb_title

Les semences prairiales locales, expérimentations pour la biodiversité et l'autonomie

https://www.youtube.com/channel/UCf-dVo2p89-eBdlaRfDQZ4Q

Chaîne de l'IPAMAC / pâturages du Massif central

Contacts
  • Pierre-Marie Le Henaff - pierre-marie.lehenaff@cbnmc.fr
  • Jean-Noël Galliot - jean-noel.galliot@cbnmc.fr
Téléchargements