Etang et pâturages des environs de Chapeau - E. BOITIER / DREAL Auvergne Rhone-Alpes

Le territoire de la Sologne bourbonnaise

Contexte géologique et géomorphologique

La Sologne bourbonnaise correspond à un bas plateau constitué de dépôts fluvio-lacustres anciens et récents. Ils se caractérisent par une alternance de sables et d’argiles qui résultent de l’accumulation d’alluvions et d’éléments détritiques du Massif central datant de 5 à 30 millions d’années. Les sols, dominés par le sable, sont acides et pauvres en éléments nutritifs. Le sous-sol, argileux et imperméable, a permis la création d’un complexe original d’étangs.

Altitudes
Altitudes de la région naturelle
308m max. (Château d'eau au lieu-dit les Charbonnières)
254m moy.
196m min. (Lieu-dit le Moulin Neuf)
Contexte climatique et biogéographique

La Sologne bourbonnaise est concernée par un climat d'influence atlantique ; les précipitations annuelles moyennes avoisinent les 800 mm de pluie et la moyenne annuelle de température est de l'ordre de 11,1°C

Pluviométrie
de la Sologne bourbonnaise
Isothermes
de la Sologne bourbonnaise
Paysages et étagements de végétations
Étages de végétation
Voir à l'échelle de la région naturelle

Avec un relief de faible amplitude (de 200 à 300 m d'altitude environ), la Sologne bourbonnaise est concernée par un seul étage de végétation dit "collinéen".

Occupation des sols
Voir à l'échelle de la région naturelle

La Sologne bourbonnaise constitue un vaste plateau faiblement vallonné et sillonné par de belles rivières se jetant dans la Loire. Cette région est ponctuée par une multitude d'étangs : près de 600 pièces d'eau entre 0,5 et 5 hectares occupent environ 1700 hectares. Les plus connus sont les étangs de Pissegrain à l'ouest, de Perdriat au nord ou l'étang de Brifaut à l'est. Créés par des exploitations agricoles familiales, les étangs avaient de multiples usages : réserve d'eau pour le bétail et l'agriculture ; production des poissons et chasse de gibier d'eau. Les sols acides et battants possèdent de faibles réserves minérales et organiques ; de ce fait, fumure et assainissement sont indispensables pour les cultures. Le reste de la région est ainsi occupé par des massifs forestiers parfois de grande superficie ou des prairies vouées à l’élevage. Les haies bocagères de la Sologne bourbonnaise forment un maillage discontinu qui marque une différence nette avec les autres unités paysagères de l’Allier, en particulier le Bocage bourbonnais. Cette région naturelle présente un bel équilibre entre prairies, cultures, massifs forestiers et étangs ; ce compromis entre agriculture et espaces semi-sauvages constituant un écrin très favorable à la faune et la flore.

En chiffres
855 km²
34 communes